Expo Ateliers de Chantenay du 24 au 26 octobre

 

 

Détail du suivant

Détail du précédent

Un été coloré

Sortie du confinement, encore engourdie par la grisaille de juillet et d’août, pas d’invitation à aller « buller » sur les plages… loin de tout risque de contamination, j’ai décidé de mettre de la couleur à cet été bien tristounet !

Remède de secours, quitter la patience de l’huile pour s’aventurer à mélanger les pigments au liant acrylique puis donner de la fluidité au geste, sans pinceau…

Tout devenait neuf et inédit. Sans véritable propos.

Frôler la liberté !

Toiles 100×100

Expo à la gare d’Oudon du 30 juillet au 16 août

L’association OCAP de Oudon m’a invitée avec une autre peintre et deux sculpteurs à exposer à la gare de Oudon du 30 juillet au 16 août. Je reviendrai avec vous sur la production de cet automne marqué par les vents violents qui ont balayé les paysages de Mauves sur Loire.

A 16h, ce lundi d’automne, le vent de Loire se déchaîna comme un Alien libéré ! Il fracassa tous les arbres des rives et des îles de Loire de Mauves à Oudon… Tout l’hiver, ils implorèrent le ciel de leurs moignons hirsutes. Seules les couleurs si belles de l’hiver auréolaient leurs fantômes noircis.

Regards intenses, quotidiens… la beauté a fini par s’imposer dans ce chaos.

Une urgence : peindre à l’encre cette intensité avant que le printemps et les ramures ne cachent les blessures .

Et puis le confinement a été une offrance pour travailler l’huile, avoir du temps, se laisser prendre par le travail, sans regret ! Profonde concentration, immersion dans la palette.

Temps de séchage. Temps du regard.

Les marches à l’aube… L’immobilité d’une Loire rajeunie !

Une Terre qui retrouve ses bleus d’origine !

Des bulles de lumière qui dansent dans le silence encore jamais entendu !

Et cet arbre qui me fait signe sur le chevalet depuis le dernier été… Avril, mai lui ont donné toute sa force et toute sa verdeur !

Après le temps de repli et de solitude, partager avec vous ce qui sort enfin de l’atelier… ce qui s’offre, à de nouveaux regards toujours renouvelés…

 

Détail des tableaux dans l’onglet en haut à droite Portfolio récent.

 

 

 

Exposition Mauves sur Loire en septembre 2019

Détails des tableaux dans le portfolio récent dans l’onglet en haut.

L’été 2019 à Mauves

Etonnant processus que celui de la création… Nouvel atelier, nouvel environnement… Tout est ouvert…

Malgré la légèreté de l’air estival, la grandeur du paysage changeant, la lumière étincelant de cet été 2019, ce n’est pas l’encre, ce n’est pas l’aquarelle qui se sont imposées…

Sans doute les alluvions lourdes du fleuve ont-elles appelé l’huile, les pigments, la solidité des toiles-tambour résonnantes.

Les verts Véronèse, de vessie, émeraude, phtalo…ont commencé à envahir la palette. Leurs mélanges ont imprégné les pinceaux, ont glissé sous les couteaux. Les paysages sont apparus après des couches et des couches et des touches successives…

Les paysages de Loire apparaissent progressivement cédant le pas aux gris-bleus des bords de Loire.

Ce fut « Un été florissant » dans mon atelier-perchoir ouvert sur le ciel et l’eau qui monte et qui descend…

Mauves m’accueille.

J’accueille la Loire…

Mauves 15 septembre 2019.

… et j’accueille aussi, avec bonheur, quelques élèves  venus découvrir les secrets de la création ! Un beau moment partagé ce vendredi 13 septembre.

Exposition « Un séjour dans les Hébrides »

« En mai, fais ce qu’il te plaît » alors je vous convie à Un séjour dans les Hébrides du 7 au 26 mai à la librairie Durance à Nantes ! Cette nouvelle exposition de petits formats à l’huile est née d’un voyage il y a quelques années dans ces lieux magnifiques… Détails des tableaux dans l’onglet Portfolio récent en haut à droite.

Le vernissage aura lieu le mercredi 16 mai de 17h30 à 19h à la librairie Durance.

Les Hébrides : île de Skye, Harris et Lewis au nord-ouest de l’Ecosse.

Voyager de Glasgow vers les Hébrides extérieures, c’est quitter le réel pour la magie. La magie de la lumière magnifie soudainement un paysage. Ce paysage précédemment décliné dans des gris colorés se réveille. L’enchantement se produit alors, les couleurs d’une richesse inouïe se révèlent. On se sait plus où « donner » des yeux. Nous sommes sidérés par tant de beauté !

Les montagnes prennent corps, les versants verdissent, la mer s’encre de gris payne et de turquoise, scintille en majesté. Les paysages d’Ecosse invitent à saisir l’instant. La lumière est fugace et redéfinit les paysages de manière unique à chaque nouveau rayon de lumière qui traverse les nuages ou explose dans un ciel étonnamment bleu un bref instant.

C’est d’une grande prétention de vouloir peindre ces paysages … surtout à l’huile, technique qui refuse l’instantanéité puisque la succession des glacis oblige à l’attente… Situation bien paradoxale !

Ce fut un voyage qui dura 3 semaines de fin juin à la mi-juillet…