Ombres et Lumières dans le pays de Pont-Aven

Pont 3

Terre de contrastes.

Les champs ouverts en pente douce accueillent la lumière du soir. C’est étonnant, dans ce pays-là, chaque soirée est traversée par une lumière qui s’impose et déchire le voile des nuages. Tout se teinte alors d’espoir… les coeurs sont revigorés… tout semble possible !

Beauté apaisée.

L’aquarelle semble la seule possibilité pour capter la fluidité de l’air, la fugacité de l’instant.

En remontant l’Aven, dès le Bois d’Amour, l’ambiance est tout autre. L’ombre domine, les grands arbres assombrissent le paysage. Le mystère domine dans cette vallée encaissée où les rochers affleurent. Une forme d’inquiétude, fait hâter le pas. Nous comprenons l’origine de l’écriture de « La légende de la mort » d’Anatole le Braz.

L’encre vient à point nommé pour tenter de saisir un sentiment de menace sourde.

(détails des tableaux dans l’onglet Mon univers, Pont-Aven)

2 réflexions sur “Ombres et Lumières dans le pays de Pont-Aven

  1. Valérie dit :

    C’est bien, c ‘est doux, délié, sensible, puissant et léger à la fois, c’est toi Monique !
    Vivement l’expo chez Durance.
    Juste peut être un bémol, les commentaires que je trouve à mon gout trop nombreux.
    Mais bravo pour ton bloget ton art !
    Bise
    Valérie

  2. MarieFrance dit :

    Je suis sous le charme de la douceur qui émane de tes aquarelles, en particulier celle au soleil couchant, signe avant-coureur d’une soirée qui ne peut baigner que dans une joie paisible.

Les commentaires sont fermés.