Expo à la Thalasso de Pornic

Nouvelle année, nouvelle exposition !

Mes toiles prennent le large et seront visibles jusqu’en juin à la Thalasso de Pornic, Plage de la Source, jusqu’en juin ! Le lien vers leur site est ICI.

Si vous allez respirer l’air du large, venez les redécouvrir !

Exposition Jaillissement et Maîtrise à la Galerie L’EPI

Les expositions automnales s’enchaînent !

Venez découvrir mes nouvelles toiles en compagnie des sculptures de Philippe Le Ray à la Galerie de l’Epi à Ingrandes sur Loire du 4 au 26 novembre (détails des tableaux dans le portfolio récent : onglet en haut à droite).

Retrouvons nous au vernissage samedi 4 novembre dès 18h ainsi que les dimanches 5, 12 et 19 novembre de 14h à 20h.

Temps fort dimanche 19 à 17h : Philippe et moi, nous échangerons avec vous sur notre travail respectif et la façon dont nos oeuvres se répondent idéalement dans ce cadre privilégié.

Jaillissement et Maîtrise

Le jaillissement est la force irrépressible de la Vie.

Cette force se manifeste à travers la source qui affleure entre deux roches, dans l’élan de l’arbre, de l’Homme qui s’étirent verticalement entre ciel et terre, dans le pépiement des oiseaux à l’aube, dans la course ascendante de la lune et du soleil…

L’artiste capte et dit le murmure du Vivant, en retrace ses rythmes, « écrit » son mystère et rend possible son dévoilement.

Le poème, la toile, la sculpture… mettent en lumière un espace-temps, un instant saisi dans l’égrènement du temps.

L’oeuvre est une forme densifiée d’un instant dans le cours du temps.

L’artiste cherche à « maîtriser » le bouillonnement de la Vie.

Et pourtant, quoi de plus jaillissant qu’une œuvre qui sait « danser » devant nos yeux happés, saisis d’émerveillement.

 

Exposition hivernale

Huiles encadrées

 

Agnès Michaud m’a invitée à exposer ma série des Huiles Encadrées dans son institut d’esthétique au 15, rue Lafayette à Nantes du 1er décembre au 31 janvier .
Ce sont des huiles sur toile marouflées, ici nous sommes dans un univers poétique et coloré, proche de l’abstraction lyrique.

Demandez-moi son mail si vous souhaitez vous y rendre afin de la prévenir de votre visite.

 

L’arbre

ARBRE 

Entre Ciel et Terre 

Tu t’élances assoiffé d’air, de lumière, de liberté. 

Arbre/ miroir 

Ta ramure se déploie dans l’espace du Ciel

Tes racines se déploient dans l’espace de la Terre.  

Endroit/ Envers  

Tes racines respirent

Ton tronc respire

Tes branches respirent

Tes feuilles respirent. 

 Le Ciel en toi respire

La Terre en toi respire. 

Arbre/Poumons 

Entre Ciel et Terre. 

 

Deux huiles sur toile  80/100,

Février 2013

Ciels

Faire émerger la lumière et le motif à partir de couches de peinture, qui sont parfois grattées, parfois étirées, parfois gardées en épaisseur.

Le travail est lent, je passe d’un travail « frais dans frais » ou j’attends un certain temps de séchage avant de reprendre… le travail d’observation est intense et fécond… et « ça » continue…

La gamme colorée, superposée devient une matière qui pourrait sembler informe si l’on ne s’attarde pas… car peu à peu la « forme » se révèle, le tableau s’organise… le « regardeur » apprend à prendre son temps.

Le tableau devient une invitation à la pause.

Huiles sous verre

Le travail sur les superpositions de couleurs et sur la matière m’a amenée à plus d’abstraction.

Cette série est quelque peu paradoxale, puisque le support est une toile de coton, marouflée, enchâssée sous verre. Le propos est ici de circonscrire un « passage » et de le mettre en valeur par le blanc du passe-partout, par la profondeur sophistiquée du cadre.

Le motif peint devient précieux, « important » et respire autrement que si la toile était exposée nue…

Retour du parc de Procé

Les parterres en haut du Parc de Procé sont des enchantements, merci aux peintres-jardiniers !

Allongée sur la pelouse, en ouvrant les yeux, une « flambée » de rouges gicle et rebondit sur ma rétine !

Aussitôt rentrée, vite la palette, vite les huiles rouges… palette succincte… le pinceau court… Les réserves du papier magnifient le chatoiement des couleurs encore collées à l’œil !

Ces esquisses sont l’origine d’un travail sur les jardins : comment peindre les plans successifs, comment privilégier tel point de vue, comment garder de la cohérence à ce fouillis et cette surenchère de couleurs, de lignes ?